Livre broché : 267 pages
Format A5 21x14

16 € 80 + Port



  Le Maître de manège                  
de Richard Troubat                                                                         
Un jeune homme tout frais, à peine sorti des grandes écoles des Affaires, la tête remplie d'une légitime ambition de réussir,  erre dans un univers d'industriels en guerre où l'on cherche à mettre les hommes en compétition. 
Il doute, peu à peu déchante

 C’est alors qu’il découvre, par hasard, dans le tumulte assourdissant de la ville, un lieu tout à fait insolite : un petit manège ridicule au bout d’un jardinet fleuri. Là, un homme cherche le mouvement, l’enchantement suprême que procure l’équilibre parfait. Il cherche ce sentiment sublime qu’est celui de la légèreté. Il cherche le divin. Il pratique l’Art Equestre.   

Ce livre est l'histoire d'un personnage : le maître de manège, une figure hors du temps qui consacre sa vie à la recherche de la «Légèreté», ce Graal des cavaliers. 


Un blog a été consacré à ce roman 


 
  L'avis des lecteurs :  
 

« Je viens de terminer son livre, que j'ai lu d'une traite et en quelques jours (…) J'ai adoré aussi les passages sur l'entreprise et ses personnages.  Je trouve même qu'il en manque un peu, parce que je trouvais cette opposition très parlante, et aussi que le regard de l'auteur est original sur le sujet maintes fois traité de l'entreprise, puisqu'il en montre les aspects les plus absurdes comme l'inutilité ou le désoeuvrement.

Cet espace du manège d'Eugène Rideau est très beau, la narration autour du lieu est très bien orchestrée, vraiment. J'ai lu avec plaisir  (…). 

(…) Si je devais émettre une petite critique, je dirais que le personnage principal manque un tout petit peu de noirceur à mon goût sur la fin du livre (traduction : j'aime bien aussi sa résistance à Eugène Rideau sur le début), et que peut-être il s'efface un peu au fur et à mesure au profit d'Eugène Rideau.

(…) c'est un livre de très bonne qualité, personnel, et je pense qu'il a ses chances…»

Perrine Lottier, cinéaste, réalisatrice et scénariste

«Le Maître de manège » le livre de Richard Troubat est un Manège enchanté tellement est forte l’impression qu’il peut vous faire tourner la tête et votre destin dans le bon sens. Ce livre ne se lit pas au galop si vous voulez vous laisser conduire dans la recherche de l’équilibre  pour cheminer vers la source de l’énergie et trouver dans le mouvement l’harmonie du cœur et du corps.

Le Maître de manège n’est pas un manuel technique sur l’équitation, qu’il décrit merveilleusementmais une invitation à vous renouveler dans une autre façon d’être et d’agir.

Avant de comprendre que nous emprisonnons les choses par notre volonté et notre ambition le jeune Alexandre- le héros du livre -va effectuer un véritable parcours initiatique.
Au chômage et lavé de ses ambitions (le narrateur) doit se reconstruire et il va le faire auprès d’un homme  bizarre, sauvage,  en dehors des normes conventionnelles un maître de l’équitation. La compétition (pour cet homme) c’est la guerre des vaniteux et  le triomphe de l’éphémère.

L’art équestre  c’est autre chose c’est presque une religion dans laquelle l’écuyer doit simplement ne pas être une entrave à la création. Ne rien exiger, ne rien vouloir, uniquement mettre les choses en place puis laisser faire  et se laisser envahir par cette énergie qui crée le mouvement.

Richard Troubat a cette capacité rare à sortir des lieux communs pour échapper au conformisme ambiant. Les réflexions des personnages incitent à la méditation et à la poésie  et nous invitent à sortir de la nuit pour libérer notre énergie et renverser les tables et les chaises de la normalité. Il irait jusqu’à nous pousser  à faire passer ce que nous concevons de la tête au cœur et du cœur au ventre  afin que nous restions reliés à ce que nous sommes vraiment et résister ainsi à la manipulation de la société et à ses mensonges. Et comme une dernière alerte, il lance une bouteille à la mer pour nous dire que le rêve nous rend libre si nous savons  user de notre liberté pour nous mettre en marche et en mouvement pour suivre notre étoile.

Abel Sevellec


"Au départ, je craignais une lecture un peu laborieuse ; le milieu équestre m'est parfaitement étranger, et au premier abord j'ai trouvé le dessin de la couverture un peu bizarre. Et puis au fil des pages,  j'ai été bluffée par les descriptions, tant des paysages que des personnages, et pour finir il m'est apparu que le dessin de la couverture représentait parfaitement ce “maître de manège”

Monique


« La structure du roman, la maîtrise de l'écriture, un style qui se cherche mais qui est tout de même présent, des personnages psychologiquement structurés logiquement, une histoire qui renvoie à des réflexions plus profondes sur le monde du travail, l'éthique de l'art équestre aboutissent à une oeuvre “qui tient debout” avec sa propre dynamique »

Sylvie.P.


« Eugène Rideau n'est pas un être  fascinant (comme c'est écrit sur le quatrième de couverture), mais il est un homme pittoresque. C'est l'Art Equestre qui, au contraire, est fascinant »
Sophie L.
 

 
 


 
     



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement